Accoutumance au travail

L'alcool est profondément ancré dans notre culture. Si sa consommation en dehors des heures de travail est autorisée, la plupart des entreprises interdisent à leurs travailleurs de boire de l'alcool pendant les heures de travail. L'alcool affecte en effet la conscience, mais aussi le sens de l'équilibre, les réflexes, ... et peut de ce fait compromettre la sécurité au travail. Cette même règle s'applique aux médicaments et aux drogues.

Fumer au travail
Depuis le 1er janvier 2006, il est interdit de fumer sur le lieu de travail (sauf dans un local fermé équipé d’un système de ventilation). Depuis le 1er janvier 2010, i lest également interdit de fumer dans les espaces publics fermés (les lieux administratifs, gares, aéroports, commerces, magasins, lieux où des activités sportives sont exercées et les véhicules utilisés pour le transport public).
Le 1er juillet 2011, une autre étape a été franchie: il est désormais interdit de fumer dans les cafés. Ainsi, tout élément susceptible d'inciter à fumer ou qui porte à croire que fumer est autorisé est banni: laisser des cendriers sur les tables, par exemple, n’est donc plus envisageable.

Lisez aussi: L’exception à l’interdiction de fumer suspendue dès le 1er juillet 2011

La consommation de médicaments et de drogues au travail
La consommation abusive d'alcool, de médicaments ou de drogues peut porter préjudice à la vie privée mais aussi dans le cadre professionnel. Les travailleurs qui sont dépendants à l'alcool ou aux drogues, ou qui sont sous influence d'une substance, sont moins productifs. Leurs performances peuvent être altérées par leur consommation et l'on constate qu'ils sont plus souvent absents. L'aspect sécurité s'ajoute évidemment à la problématique.
Consultez aussi le Rapport européen sur l’utilisation d’alcool au travail et la productivité.

Politique en matière d’alcool
La CCT n°100 du 1er avril 2009 concernant la mise en œuvre d'une politique préventive en matière d'alcool et de drogues dans l'entreprise impose à tous les employeurs du secteur privé de mettre en place une politique de prévention en matière d'alcool et de drogues, qui s'inscrit dans la politique globale du bien-être dans l'entreprise. Cette politique doit viser à prévenir les problèmes de fonctionnement suite à la consommation d'alcool et de drogues et à réagir de façon adéquate lorsque ces problèmes se posent.
La CCT part d'une approche préventive forte de la problématique de l'alcool et des drogues. La prévention primaire doit être privilégiée. Pour cette raison, tous les employeurs doivent déterminer les grandes lignes et les objectifs de la politique d'alcool et de drogues dans son entreprise et les concrétiser dans une déclaration de politique et d'intention qui doit être reprise dans le règlement de travail.

Lisez aussi: Réceptions de Nouvel An: alcool, accidents du travail et accidents de circulation.
Seconde phase

L'employeur peut, dans une seconde phase et pour autant que cela soit nécessaire, développer davantage la politique au travers de règles et de procédures concrètes. Sous de strictes conditions, l'employeur peut réaliser  des tests d'alcool et de drogues dans l'entreprise.

Lisez aussi: Tests de dépistage d'alcool et de drogue: une législation bien complexe