Sous-traitant

Gestion de la sécurité des contractants sur un même site en pratique

Chaque jour, pas moins de 1500 travailleurs de contractants sont occupés sur le site de BASF. Assurer le bon déroulement de ces travaux avec des tiers requiert une approche systématique. Marc De Locht, Team Leader Contractor Safety chez BASF, nous explique comment la gestion de la sécurité des contractants est mise en pratique.

Sécurité des contractants chez BASF: un sentiment d’appartenance

Marc De Locht, conseiller en prévention chargé de la gestion des contractants chez BASF et président du comité exécutif de BeSaCC-VCA, nous explique l’approche intégrée de BASF en matière de sécurité des contractants. BASF opte résolument pour une collaboration étroite car, affirme Marc De Locht, en termes de sécurité, il n’est pas question de "nous" ou de "eux". Seul le sentiment d’appartenance compte.

Santé et sécurité dans la chaîne logistique

Dans la configuration économique actuelle, les entreprises sous-traitent une proportion toujours croissante de leurs activités et processus de production. Cette tendance, associée à l’importance croissante des chaînes logistiques (supply chain), a un impact non négligeable sur la santé et la sécurité des travailleurs employés par les diverses sociétés de livraison et de sous-traitance – qu’elles soient nationales ou établies à l’étranger.

SWIFT met un point d’honneur à améliorer la sécurité de ses travailleurs externes

Dans le cadre de la campagne européenne sur la maintenance sûre, SWIFT a remporté le premier prix du Conseil supérieur pour la Prévention et la Protection au travail pour son projet sur la sécurité des entreprises extérieures lors des travaux en hauteur, conjointement avec SERVICO-NIV, son coordinateur sécurité et TOBEL, un de ses entrepreneurs. Prevent Focus a rencontré l’un des initiateurs du projet, Freddy Noris, conseiller en prévention chez SWIFT.

La politique Belgacom envers ses contractants - LCDO et LSC

Outre les quelque 17.000 personnes directement employées par Belgacom, le principal opérateur de télécommunications du pays fait également quotidiennement appel à près de deux cents entrepreneurs et sous-traitants. Afin d’assurer le bon déroulement du processus et d’éviter au maximum les incidents, il est nécessaire de disposer d’une bonne politique contractuelle, pleinement intégrée à la politique de prévention globale. Le temps d’un café, PreventFocus a partagé la table de Marc Moris, Directeur Corporate Prevention & Protection (CPP) de Belgacom, et de son bras droit Johan Peeters, coordinateur des activités LSC/LCDO, afin de discuter de leur approche et de la certification LCDO récemment décrochée par l’opérateur télécom.

Lieven Eeckelaert, Prevent
 

Système d’évaluation des contractants

Le "travail avec des tiers" fait partie du quotidien dans la plupart des entreprises. Les entreprises recourent de plus en plus à des intervenants extérieurs pour l’entretien, les réparations, les rénovations ou pour des projets de construction entiers. La recherche de partenaires fiables et "sûrs" est devenue très importante. Voilà pourquoi le département ATD-Engineering (Services techniques généraux - engineering) de Janssen Pharmaceutica a mis en place son propre Contractor Management Process (processus de gestion des contractants) et son propre système d’évaluation des contractants (Engineering Supplier Information System). Marc Peeters est responsable de la coordination de la sécurité au département ATD-Engineering chez Janssen Pharmaceutica SA.

Travail transfrontalier: fixer les règles de sécurité dans le contrat

Le cliché de l’ouvrier polonais en situation illégale, qui travaille bien en dessous du tarif et qui n'a aucune connaissance en matière de sécurité, n’est que partiellement exact. En effet, en cas de problème, l’entrepreneur principal ou le maître d’ouvrage sera tout autant responsable que le travailleur étranger. Dans son étude "Grensoverschrijdende tewerkstelling"(1) réalisée à partir d’une enquête, Joanna Patrzalek propose quelques solutions pour mieux travailler avec de nouveaux ressortissants de l’Union européenne.

Adaptation de la réglementation sur le travail avec tiers

Il arrive fréquemment que différentes entreprises soient présentes en même temps sur un lieu de travail. Pour assurer la sécurité de tous les travailleurs présents, il faut que les obligations et responsabilités en matière d’échange d'informations et de coordination des travaux soient clairement définies. Des modifications ont été apportées récemment à ces dispositions, décrites dans les chapitres III et IV de la loi sur le bien-être.

Regarder d’abord, commencer ensuite

En 2003, la raffinerie Esso d'Anvers était un endroit sûr. Les accidents les plus graves consistaient en une légère blessure à la main de la femme de ménage et une foulure à la cheville pour un agent de surveillance. Cela n’a toutefois pas empêché Esso de lancer en août 2002 un nouveau système de sécurité dénommé "Alert". Objectif: parvenir à zéro accident nécessitant des soins médicaux pour l'ensemble des collaborateurs d’Esso et des sous-traitants. Dans son mémoire pour la formation post-académique en sécurité de niveau I, Luc Smets se penche sur un aspect particulier de ce système de sécurité: l’analyse de début de travail lors de ce que l’on appelle un "turnaround".