Travail de nuit

Travail de nuit et cancer

Dans notre société qui tourne à plein régime du 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, environ 20% de la population active actuelle exerce un travail posté ou de nuit.L’être humain est par nature un animal diurne.En cas de travail posté, le risque est accru pour toute une série d’affections telles que les maladies cardio-vasculaires, le diabète et le syndrome métabolique.À l’heure actuelle, la question souvent posée est la suivante:‘Y a-t-il un lien entre l’apparition du cancer et le travail de nuit?’

Protéger la santé des travailleurs de nuit

La loi du 5 mars 2017 concernant le travail faisable et maniable a étendu les possibilités de travail de nuit dans le secteur de l'e-commerce. Au député qui lui a demandé s’il comptait renforcer les mesures visant à protéger les travailleurs de nuit, le ministre de l’Emploi a répondu qu’il estimait que le niveau de protection prévu par la législation était suffisant. La ministre des Affaires sociales et de la Santé, quant à elle, est d’avis qu’il faudrait s’orienter vers une prévention primaire des risques de cancer liés au travail de nuit pour les femmes.

Analyse des risques du travail de nuit et du travail posté

A ceux qui travaillent déjà à toute heure du jour et de la nuit, en semaine comme le week-end (professionnels des soins de santé, police, pompiers et employés d’entreprises de travail en continu) vont bientôt venir s’ajouter les personnes occupées dans l’e-commerce. L’autorisation du travail de nuit dans l’e-commerce va faire augmenter le nombre de personnes occupées la nuit (à nous envoyer les colis afin que - slogan bien connu - ils puissent être livrés le jour suivant…).

Travail de nuit: comparer coûts sociaux et bénéfices

Comparer les coûts sociaux du travail de nuit avec ses bénéfices: voilà une des recommandations de l’Anses, l’Agence française de sécurité sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement et du travail. 

Travail de nuit: le repos en cours de poste favorise l’efficacité au travail

Tant les employeurs que les travailleurs pensent que faire une sieste au travail relève du manque de professionnalisme. Pourtant, il semblerait que ce soit l’inverse: se reposer vraiment réduit la somnolence en fin de poste de nuit et donc améliore l’efficacité. Les auteurs d’une étude menée auprès d’infirmiers d’un service de soins intensifs ont fait le point sur ce sujet. 

E-commerce: travail de nuit autorisé

Un arrêté royal, paru dans le Moniteur belge du 18 mars 2016, autorise le travail de nuit pour les activités liées au commerce électronique dans les entreprises ressortissant à certaines commissions paritaires. Auparavant, chacune de ces commissions paritaires avait conclu une convention collective de travail visant à introduire un régime de travail comportant des prestations de nuit.

Travailler en horaires décalés accélèrerait le vieillissement cognitif

Travailler de nuit ou en horaires décalés pendant une longue période au cours de la carrière professionnelle a un impact sur le vieillissement cognitif. C'est ce que révèle une étude franco-britannique publiée dans la revue médicale Occupational and Environmental Medicine.

De la lumière jaune pour les travailleurs de nuit

Un éclairage de couleur jaune pendant la nuit convient mieux aux personnes qui effectuent un travail posté. Cette conclusion est tirée d’une thèse de doctorat en chronobiologie réalisée par la néerlandaise Maan van de Werken. La lumière jaune perturberait moins la physiologie humaine.

Le travail de nuit après le cancer du sein

Les chercheurs néerlandais qui ont mené l’étude "Nightingale" émettent un avis de prudence quant au retour des femmes souffrant ou ayant souffert d’un cancer du sein à un poste de travail de nuit. "Ce n’est pas à conseiller, mais lorsque le profil de risque et le pronostic de santé sont bons, ce n’est pas non plus à déconseiller", semble-t-il.


 

 

Indemnité complémentaire due aux travailleurs de nuit

La convention collective de travail (CCT) n°46vicies semel du 18 décembre 2012 adapte au 1er janvier 2013 le montant de l’indemnité complémentaire due aux travailleurs de nuit. Elle a été rendue obligatoire par un arrêté royal du 2 juin 2013 (MB du 13 juin 2013).