Recherche

Près de 1 travailleur sur 10 exposé au cyberharcèlement

Selon une étude de la KU Leuven et d’Idewe, 9% des travailleurs belges sont confrontés au cyberharcèlement au travail. Ce type de harcèlement a un impact négatif sur l'état d'esprit des travailleurs concernés.

Le Belge plus sensible à la violence et au harcèlement au travail

Securex, un prestataire de services qui dispose également d’un service de prévention externe du même nom, a publié fin janvier 2019 de nouveaux résultats d’études sur la perception de la violence et du harcèlement sur le lieu de travail.

1 Belge sur 7 victime de harcèlement au travail chaque semaine

Une enquête d’IDEWE, pour laquelle 17.000 personnes ont été interrogées, révèle que près de 15% des travailleurs belges sont harcelés au travail au moins une fois par semaine.

Harcèlement au travail: les chiffres sont-ils vraiment en hausse?

Début 2017, le prestataire de services Securex a publié les résultats de sa récente enquête sur le harcèlement en milieu professionnel. Selon celle-ci, 14% des travailleurs auraient été victimes de harcèlement au cours des 12 mois précédents. C’est du moins le chiffre retenu par de nombreux journaux qui se sont empressés de tirer la sonnette d’alarme sans apporter la moindre nuance. Ce pourcentage dépasse de loin ceux que nous avons eu sous les yeux précédemment et place la Belgique dans le groupe de tête du peloton européen. Difficile de contester les chiffres proprement dits. La réalité est-elle si grave?

 

La santé mentale et la réglementation européenne

Prevent a clôturé, avec ses partenaires (TNO, Université de Nottingham, Work Research Centre et London School of Economics), une étude sur la santé mentale au travail en Europe pour le compte de la Commission européenne - DG Emploi.

Problèmes de santé mentale au travail et réintégration

Une démarche de retour au travail après une absence en raison de problèmes de santé mentale en lien avec le travail peut constituer un levier à la mise en place d’actions de prévention primaire des risques psychosociaux. L’étude de cas réalisée par l’IRSST montre qu’une politique de réintégration au travail cohérente favorise la prise d’actions collectives en parallèle à l’accompagnement individuel des travailleurs concernés. Synthèse des enseignements de cette étude.

Burn-out en Belgique: que faut-il retenir des résultats de l’enquête?

Securex a publié les résultats d’une enquête sur le burn-out réalisée auprès d’un échantillon représentatif de 1318 travailleurs et de 544 directeurs et managers RH représentatifs de la répartition entre le secteur public et privé en Belgique. Cette recherche vise, avant tout, à examiner la proportion des travailleurs actuellement à risque et en quoi le burn-out constitue un sujet d’inquiétude pour les entreprises.

La culture de l'entreprise déterminante pour limiter le harcèlement sexuel

Une étude du Programme national de recherche "Egalité entre hommes et femmes" (PNR 60) menée en Suisse montre qu'il n'y a pas de profils d’agresseurs et de victimes typiques de harcèlement sexuel. D'après cette étude, le climat qui règne dans l’entreprise compte davantage.

Prevention Lab 2.0

Ce projet prévoit le développement d'une plate-forme d'apprentissage baptisée PreventionLab et consacrée aux risques psychosociaux au travail.

Violence et harcèlement au travail dans l’UE

Eurofound, la Fondation européenne pour l’amélioration des conditions de vie et de travail, a collecté des données sur la violence et le harcèlement au travail dans les États membres de l’Union européenne. Le rapport intitulé 'Physical and psychological violence at the workplace' s’efforce de dresser un aperçu des conséquences du harcèlement pour les victimes et des facteurs qui contribuent à l’émergence de tels comportements.