Bonne Pratique

"Délicieusement protégé"

La sécurité au travail ne peut devenir une véritable culture d’entreprise que si tous les membres du personnel y apportent leur contribution. Une politique de la sécurité doit donc aller plus loin que le simple fait d’imposer le port d’équipements de protection ou le contrôle des consignes de sécurité. La sécurité au travail implique aussi que les travailleurs, en posant leurs actes quotidiens, réfléchissent à la possibilité de les rendre plus sûrs. Une chute, par exemple, est vite arrivée. Une campagne de sensibilisation axée sur la prévention des accidents du travail peut être un bon moyen de conscientiser les travailleurs. Mais par où commencer? PreventFocus a posé la question au service Prévention et Protection du Gouvernement flamand.

La gestion du personnel et de la diversité chez EXKi

En 2007, EXKi a signé la charte "diversité" de la Région de Bruxelles-Capitale (1). Déjà orientée vers une politique d’ouverture, EXKi s’est engagée publiquement à mener des actions en matière de diversité. En quoi consiste cet engagement et quels en sont les bénéfices pour le bien-être des travailleurs? PreventFocus a rencontré Andrea Leponce, Academy Manager chez EXKi.

L’assainissement de la tour des Finances à Bruxelles entre des mains belges et polonaises

Les journaux regorgent d’articles consacrés aux polonais qui viennent travailler en Belgique. PreventFocus s’est donc mis en quête d’une illustration concrète de ce phénomène et l'a trouvée chez Hertel Services NV. Dans un cadre structuré et bien défini, cet entrepreneur belge a fait venir un groupe de Polonais en Belgique pour participer aux travaux de désamiantage de la Tour des Finances à Bruxelles. Marc Ruys, conseiller à la direction, chef de la sécurité et de la qualité et membre du conseil de direction d’Hertel Services NV, retrace pour nous toutes les étapes de cette recherche de travailleurs – une quête qui, pour le projet de la Tour des Finances, l’a conduit jusqu’en Pologne.

L'homme au centre de l'attention chez VPK

Se hisser en trois ans parmi les trois meilleurs du secteur en ce qui concerne les accidents du travail: tel est l'objectif que s'est fixé VPK Packaging. Un sérieux défi, surtout lorsque l'on démarre en queue de peloton. Mais l'entreprise semble sur la bonne voie.

Vaincre la barrière de la langue

Pour les travailleurs allochtones, les choses ne sont pas toujours simples sur le marché du travail en Flandre, que ce soit lors du recrutement ou sur le lieu de travail. Ceci s'explique par une combinaison de facteurs, l'un des plus importants étant, en tout état de cause, la barrière de la langue. Pour la sécurité dans l'entreprise, la connaissance de la langue est également un point crucial. Une bonne compréhension des fiches de sécurité et des procédures, la capacité de signaler les problèmes et incidents, la concertation,... tout cela fait partie des fondements de la politique de sécurité. Récemment, des initiatives ont été lancées en Flandre pour progresser dans cette problématique.

Faire passer le message de la sécurité

Faire passer le message de la sécurité depuis la direction d'une entreprise jusqu'au fond des ateliers, et plus précisément faire en sorte qu'il soit réellement approprié par les travailleurs, ce n'est pas une sinécure. Et ce ne sont souvent ni les moyens investis, ni la conviction des responsables qui manquent. Quelles sont donc les clés du problème? Louis Dresse, responsable gestion qualité chez Saint-Gobain, s'est penché sur la question. Résultat: quelques principes aussi simples que pertinents et un programme de formation de la ligne hiérarchique.

Les travailleurs au centre

Les tâches de la ligne hiérarchique ont beau être reprises dans un joli tableau, cela ne se traduit pas dans la pratique en suivant simplement une recette toute faite. L'atelier protégé Zonnehoeve, à Eke, accorde une grande importance à la diversité de son personnel. PreventFocus s'est entretenu avec le directeur Daniël Steurtewagen, le conseiller en prévention Bea Palmers et le moniteur Jerome Van Huffel au sujet d'une approche "sur mesure" qui accorde une place centrale à la spécificité de chaque travailleur.

De la pratique au papier

L’obligation légale d’établir un plan global de prévention est souvent ressentie comme une pure démarche bureaucratique. Plus encore dans les PME, déjà submergées d’obligations de toutes sortes. Pourtant, la rédaction méthodique et rationnelle du plan global peut être l’occasion de réfléchir sur ce qui se fait déjà et de rechercher des éléments favorisant une meilleure intégration de la production et de la sécurité en entreprise. Oubliez vos préjugés: il y a moyen, en peu de temps, de réaliser un plan global efficace et rentable. Les ateliers Vanroy l’ont fait.