Sur l’utilité des applications pour les conseillers en prévention

Une plateforme pour l’innovation et le partage de connaissances néerlandaise s’est demandé si les applications et outils numériques pouvaient offrir une valeur ajoutée aux conseillers en prévention. L’étude, réalisée en 2014, conclut que les applications peuvent effectivement constituer un complément utile aux outils existants, à condition de tenir compte de quelques points d’attention. 

L’étude
De nombreuses applications pour smartphones et tablettes sont désormais disponibles. Certaines s’adressent même spécifiquement aux conseillers en prévention. L’A&O-fonds Provincies, une plateforme pour l’innovation et le partage de connaissances néerlandaise, s’est penché sur leur utilité et la valeur ajoutée de ces applications pour les conseillers en prévention.
Dans le cadre de cette étude, les applications ont été testées par des conseillers en prévention néerlandais sur des tablettes munies d’un écran tactile. Les testeurs ont ensuite partagé leurs observations, non seulement sur le fonctionnement et la qualité des applications, mais aussi sur les aspects ergonomiques de l’utilisation de la tablette. Chacune des applications a été testée pendant un trimestre, afin de permettre aux testeurs d’émettre un jugement détaillé.
Au total, 21 applications, 5 outils visant à améliorer les conditions de travail et 7 sites web ont été testés. Ces outils numériques traitent un large éventail de risques.

Utilisation de la tablette
Les testeurs ont réagi très positivement en ce qui concerne l’utilisation de la tablette. Ils ont estimé qu’elle leur avait procuré plusieurs avantages importants: la possibilité d’aborder des personnes et de leur montrer des documents ou petits films (informatifs), de réaliser sur place des analyses des risques, de rédiger tout de suite un compte-rendu de la discussion et de l’envoyer directement par e-mail… Ils ont apprécié le fait que ces différentes actions aient pu être réalisées immédiatement et sur le lieu même du risque, ce qui a permis de mieux faire passer les messages et d’avoir un plus grand impact.
Par ailleurs, plusieurs conseillers en prévention ont exprimé leur inquiétude quant à la difficulté de vérifier la fiabilité des résultats d’une application et à l’impossibilité, dans de nombreux cas, d’obtenir des informations complémentaires pour expliquer les résultats obtenus. Le fait que de nombreuses applications ne soient disponibles qu’en anglais a constitué un obstacle pour certains.

Les applications
Les applications étaient très diverses en termes de graphisme, de convivialité et de professionnalisme. Certaines applications étaient ostensiblement gratuites (publicités), tandis que d’autres étaient conçues spécialement pour les utilisateurs professionnels. Cela ressortait par exemple des connaissances requises pour pouvoir utiliser l’application et interpréter les résultats.
Aucune application n’est véritablement sortie du lot. Dans l’ensemble, les participants étaient satisfaits des applications testées. Les applications disponibles semblent également couvrir une grande partie des besoins des conseillers en prévention.
Les résultats montrent clairement que l’utilisation d’applications n’est pas encore intégrée dans le travail quotidien des conseillers en prévention néerlandais.
 

Le top 3 des applications les plus pratiques selon les participants

Application

Explication

Groupe cible

But/utilité

Appcident

Cette application permet de reprendre les situations dangereuses, pannes, manquements, etc. constatées dans l’environnement de travail dans un rapport. Ce rapport peut ensuite être envoyé par e-mail

Travailleurs/Conseillers en prévention

Signaler aisément les incidents et situations dangereuses. Cela peut lever les éventuels obstacles au signalement et permet d’obtenir des informations sur la sécurité sur le lieu de travail.

Db meterpro/ Safenoise

Mesure du niveau sonore en dB(A). Indicatif.

Conseillers en prévention

Ces applications visent à expliquer/sensibiliser au risque de niveaux sonores trop élevés.

Ergominder

ErgoMinder rappelle aux travailleurs qu’il faut prendre régulièrement des micro-pauses et donne des conseils pratiques pour réaliser des étirements.

Travailleurs

 

Réserves
Les chercheurs soulignent qu’il est très important de connaître la fiabilité et l’origine d’une application. Une étude révèle en effet que bon nombre d’utilisateurs ne prêtent pas attention à l’autorité/la fiabilité du développeur de l’application. Cela implique évidemment des risques. Quelle est la fiabilité du résultat d’une mesure sonore si l’application n’est pas calibrée? Quelle est la valeur d’une analyse basée sur la réglementation américaine et non pas sur la nôtre?
Par ailleurs, le conseiller en prévention doit disposer de l’expertise nécessaire pour pouvoir utiliser correctement l’application et interpréter les résultats. Par exemple, les applications permettant d’effectuer des mesures sonores ou climatiques ou de calculer un poids maximum à soulever requièrent des connaissances préalables, non seulement pour pouvoir interpréter les résultats de manière correcte, mais aussi pour effectuer les mesures de manière adéquate.

Quid de l’ergonomie?
Les participants à l’enquête n’ont pas constaté de problèmes ergonomiques résultant de l’utilisation de la tablette. La moitié des conseillers en prévention participants a travaillé plus de 5 jours par semaine avec la tablette et en moyenne 1 à 2 heures par jour.
La tablette était généralement placée debout sur une table, à l’aide d’un support.
Les douleurs éventuelles signalées se situaient dans le haut du dos, la nuque, les épaules et les bras. Le motif invoqué était le plus souvent une mauvaise posture (cou trop penché). Lorsque les participants cessaient de travailler avec la tablette, les douleurs disparaissaient presque complètement.


Source: A&O-fonds Provincies

 

 

: PreventActua 12/2015