Statistiques d’accidents du travail survenus en 2018

Le nombre d’accidents du travail enregistrés en 2018 est en augmentation par rapport à 2017. Le taux de fréquence reste toutefois stable. Les jeunes travailleurs sont plus susceptibles d'avoir un accident du travail que les plus âgés.

Nombre d’accidents du travail

168.462 accidents du travail ont été déclarés en Belgique en 2018, contre 164.786 en 2017, ce qui correspond à une hausse de 2,2%. Une hausse par rapport à l’année précédente avait déjà été enregistrée en 2017 (2,5%). Environ 12% des accidents déclarés ont été refusés, ce qui ramène le nombre total d’accidents acceptés à 147.125 (tableau 1).

Tableau 1 – Accidents du travail acceptés en 2018

 
sans conséquences
incapacité temporaire
incapacité permanente
accidents mortels
total
 
nombre
%
nombre
%
nombre
%
nombre
%
nombre
lieu de travail
52.398
42,7
58.664
47,8
11.593
9,4
81
0,1
122.736
%
84,3
 
83,3
 
80,8
 
60,4
 
83,4
chemin du travail
9.773
40,1
11.801
48,4
2.762
11,3
53
0,2
24.389
%
15,7
 
16,7
 
19,2
 
39,6
 
16,6
total
62.171
42,3
70.465
47,9
14.355
9,8
134
0,1
147.125

Source: Fedris, statistiques accidents du travail 2018 (secteur privé)

Sur la route

Il faut noter que lorsqu’un accident de la circulation qui a lieu 'pendant' le travail (par ex. représentants, chauffeurs, coursiers à vélo,…), est considéré comme survenu ‘sur le lieu de travail’.
Les chiffres relatifs aux accidents de la route (tableau 2) montrent que le nombre d'accidents de la route augmente à la fois "au travail" et "sur le chemin du travail". Toutefois, il y a eu plus d'accidents du travail dans la circulation sur le chemin du travail (14.349) que pendant le travail (2.564). Au cours des dernières années, le nombre de victimes ayant une incapacité permanente a diminué, mais il n’est pas sûr que cette tendance se maintienne. En tout état de cause, les accidents de la route ("sur le lieu de travail" et "sur le chemin du travail") sont généralement plus graves que l'ensemble des accidents du travail. En 2018, 69 travailleurs ont perdu la vie dans un accident de la route, ce qui représente plus de la moitié du nombre total d'accidents du travail mortels.
 

Tableau 2 - Accidents de la route "au travail" et "sur le chemin du travail" (2016 - 2018)

 
 
sans conséquences
incapacité temporaire
incapacité permanente
accidents mortels
total
 
 
nombre
%
nombre
%
nombre
%
nombre
%
nombre
lieu de travail - accidents de la circulation
2016
975
38,7
1194
47,4
337
13,4
14
0,6
2.520
2017
971
38,0
1.251
49,0
313
12,3
19
0,7
2.554
2018
1.035
40,4
1.230
48,0
277
10,8
22
0,9
2.564
chemin du travail - accidents de la circulation
2016
5.454
39,3
6.740
48,6
1.647
11,9
34
0,2
13.875
2017
5.606
39,6
6.858
48,4
1.658
11,7
45
0,3
14.167
2018
5.718
39,8
6.994
48,7
1.590
11,1
47
0,3
14.349

Source: Fedris, statistiques accidents du travail 2018 (secteur privé)


Tendance à la baisse sur le long terme

Malgré la hausse de ces dernières années, la tendance sur le long terme est toujours à la baisse. En observant l’évolution sur quelques décennies, force est de constater que les accidents du travail diminuent constamment (voir graphique 1), même si cette tendance ne concerne pas les accidents du travail donnant lieu à une incapacité permanente. Il faut cependant signaler que les statistiques d’accidents du travail correspondent à un instantané et se basent toujours sur une incapacité permanente 'prévue' (estimation par l’assureur au moment de la déclaration). Comme le montrent des études réalisées par Fedris dans le passé, la tendance à la hausse est beaucoup moins prononcée si on examine les accidents pour lesquels l’incapacité permanente a été confirmée (après une période de 5 ans).

Graphique 1 - Tendance des accidents du travail, 1985 - 2018

Source: Fedris, statistiques accidents du travail 2018 (secteur privé)

 

Taux de fréquence

En 2018, le taux de fréquence moyen s’élevait à 16,2. Il n’a donc pratiquement pas bougé par rapport à 2017 (16,16) (tableau 3). Nous pouvons en déduire que le nombre d’accidents du travail a augmenté en chiffres absolus par rapport à 2017, mais qu’il s’agit d’un statu quo d’un point de vue relatif, c’est-à-dire si l’on tient compte du nombre d’heures d’exposition.
Les chiffres présentent de grands écarts entre les secteurs. Ainsi, dans le secteur de la construction, le taux de fréquence est plus de deux fois supérieur à la moyenne. Il est toutefois en nette diminution, puisque qu’il est passé de près de 50 en 2012 à 36,9 en 2018.

 

Tableau 3 - Taux de fréquence dans certains secteurs, 2012 - 2018

Code nace - secteur
2012
2013
2014
2015
2016
2017
2018
10 Industries alimentaires 
27,01
24,94
23,19
22,37
21,51
22,35
21,42
16 Travail du bois (à l'exception des meubles)
37,74
34,19
32,97
30,34
29,79
29,39
30,08
20 Industrie chimique
9,82
8,69
8,75
8,11
9,26
8,79
8,14
25 Fabrication de produits métalliques, à l'exception des machines et des équipements
31,96
28,99
28,42
26,75
26,47
24,17
24,93
29 Construction et assemblage de véhicules automobiles, de remorques et de semi-remorques
19,54
18,87
16,53
16,40
14,48
14,37
14,11
41 Construction de bâtiments; promotion immobilière
49,61
47,28
43,34
41,82
40,16
38,87
36,89
52 Entreposage et services auxiliaires des transports
40,35
41,99
36,53
35,78
37,43
33,80
36,36
78 Activités liées à l'emploi
45,97
41,19
41,77
39,96
40,92
43,25
43,63
85 Enseignement
10,11
8,57
9,03
6,92
7,20
6,87
7,33
86 Activités pour la santé humaine
14,13
12,40
12,23
11,69
12,35
11,56
11,87
64 Activités des services financiers, hors assurance et caisses de retraite
1,85
1,90
1,78
1,79
1,67
1,61
1,87
Moyenne
19,39
17,64
17,05
16,25
16,55
16,16
16,20

Source: Fedris, statistiques accidents du travail 2018 (secteur privé)

 

Chutes

La majorité des accidents qui se produisent sur le lieu de travail sont imputables à la 'perte de contrôle' d’une machine, d’un outil ou d’un moyen de transport. La perte de contrôle du matériau travaillé à l’aide d’une machine ou d’un outil relève également de cette déviation. Si on s’intéresse également aux suites de l’accident du travail, il s’avère que la 'chute' est de loin la catégorie la plus importante pour les accidents donnant lieu à une incapacité permanente et les accidents mortels. Près d’1/3 des accidents les plus graves sont imputables à des chutes, tant de plain-pied que de hauteur (graphique 2).

 

Graphique 2 - Accidents du travail sur le lieu de travail, Déviation, 2018

Source: Fedris, statistiques accidents du travail 2018 (secteur privé)

 

Jeunes victimes

Les jeunes travailleurs sont relativement plus susceptibles d'être impliqués dans des accidents. Dans la tranche d'âge des 20 à 29 ans, le nombre d'accidents sur le lieu de travail est de 63 pour 1000 travailleurs, alors qu'en moyenne il n'est que de 49 (graphique 3). Ce chiffre a légèrement diminué ces dernières années, mais la tendance est la même pour tous les groupes d'âge, de sorte que le nombre d'accidents du travail des plus jeunes reste nettement plus élevé que celui des autres groupes d'âge. L'une des raisons expliquant ce nombre élevé d'accidents est probablement le manque d'expérience sur le lieu de travail. Les nouveaux connaissent moins bien les conditions de travail et les risques et cela les rend particulièrement vulnérables. Par ailleurs, les accidents du travail dans la tranche d'âge des plus jeunes sont en moyenne moins graves. Seuls environ 6% des accidents du travail de ce groupe d'âge impliquent une incapacité permanente ‘prévue’ (le nombre moyen d'accidents avec incapacité permanente est de 9%). Les accidents du travail avec incapacité permanente représentent plus de 13% dans la tranche d'âge de 50 à 59 ans.

 

Graphique 3 - Accidents sur le lieu du travail, Nombre d'accidents pour 1000 équivalents temps plein par groupe d'âge, 2013 - 2018

Vous trouverez des informations complémentaires ainsi que les statitiques détaillées sur le site de Fedris.
 

: preventFocus 2020/1