Souder: Se concentrer sur les risques, pas sur les étincelles

Les travaux de soudage, si courants que nous en oublions parfois la complexité, exposent le soudeur et les autres personnes présentes à différents dangers.

Souder
Se concentrer sur les risques, pas sur les étincelles
Les travaux de soudage, si courants que nous en oublions parfois la complexité, exposent le soudeur et les autres personnes présentes à différents dangers.

Histoire
La ferronnerie a pendant longtemps été la seule méthode utilisée pour assembler des métaux. Ce procédé, au cours duquel le métal était chauffé et martelé, n’a cessé d’être amélioré entre le 16e et le 18e siècle. Le soudage à l’arc, bien qu’inventé au début du 19e siècle, n’a percé qu’au 20e siècle.

Répartition
Les procédés de soudage se subdivisent en deux grands groupes: le soudage par pression et le soudage par fusion.
Lors du soudage par pression, les deux éléments sont pressés l’un contre l'autre et sont assemblés au point de pression grâce à un apport d’énergie. Aucun matériau n’est ajouté.
Dans le cas du soudage par fusion, le matériau des pièces à assembler est porté à fusion localement (au niveau de la soudure). Un matériau supplémentaire (fil d’apport ou électrode) est utilisé dans ce bain de fusion. Une fois refroidis, les deux éléments forment alors un tout.

Soudage par pression Soudage par fusion
Sans apport direct d’énergie électrique  Avec apport direct d’énergie électrique Sans apport direct d’énergie électrique Avec apport direct d’énergie électrique
soudage par ultrasons soudage par point soudage autogène soudage TIG
soudage au plasma
soudage MIG/MAG
soudage à l’électrode

Le soudage à l’arc est devenu extrêmement populaire durant la première moitié du 20e siècle. De nombreuses recherches ont été réalisées pendant la Seconde Guerre mondiale afin d’améliorer les techniques de soudage. Les procédés de soudage TIG et de soudage au plasma ont été découverts peu après la guerre. Ils ont permis d’assembler également les métaux communs, comme l’aluminium. Du fait du fil d’apport alimenté en continu, les travaux de soudage lourds peuvent être réalisés par soudage MIG/MAG, ce qui n’est pas possible avec le procédé de soudage TIG. Le procédé de soudage avec fil fourré, né à la fin des années 50, a permis de souder beaucoup plus rapidement.

Risques pour le soudeur
Les opérations de soudage exposent le soudeur à différents risques:
o Risques liés aux vapeurs de soudage (inhalation d’émanations toxiques)
o Risques électriques (électrisation ou électrocution)
o Rayonnements optiques artificiels (coup d’arc)
o Risque de brûlure
o Exposition éventuelle à la radioactivité (cancer)
o Troubles musculosquelettiques (liés aux positions inconfortables prolongées)
o Vibrations transmises au système main-bras (lors des travaux de préparation)
o Bruit (dommages auditifs)
o Champs électromagnétiques (cancers)
o Travaux avec des gaz sous pression (risque d’explosion)
o Travaux dans des espaces confinés (risque d’asphyxie, d’explosion).

Risques pour les passants

Certains risques ne sont pas limités au soudeur: les personnes qui se trouvent à proximité doivent aussi faire attention.

Brûlure
Le soudage d’aluminium ou d’inox émet énormément de rayons UV. En outre, comme le rayonnement peut se réfléchir, il peut entraîner des brûlures même si l’on se tient à bonne distance du soudeur.

Vapeurs de soudage
Certains procédés de soudage génèrent plus de vapeurs que d'autres. Les vapeurs de soudage peuvent contenir différentes substances qui proviennent non seulement du matériau d’apport ou des substances résiduelles recouvrant la pièce à assembler mais aussi du matériau à souder. L’employeur doit prendre des mesures pour garantir une exposition inférieure aux valeurs limites. Ces mesures ne sont cependant pas toujours faciles à mettre en œuvre et les vapeurs de soudage peuvent dès lors se propager dans l’environnement de travail.

Bruit
Certaines techniques de soudage sont plus bruyantes que d’autres. Les procédés de soudage MIG, MIG/MAG et autogène sont assez bruyants. Si les soudeurs portent des protections auditives, ce n’est pas forcément le cas des personnes qui s’approchent de leur zone de travail…

Étincelles
Un poste de soudage mal réglé ou l’utilisation d’un fil d'apport sale ou inadapté peut générer des étincelles ou des projections. C’est une des raisons pour lesquelles les soudeurs doivent porter des vêtements fermés. Ils ont même souvent des guêtres au-dessus de leurs chaussures. Les passants ne sont pas aussi bien protégés.

Risque d’incendie
Les étincelles et projections peuvent aussi causer un incendie. C’est pourquoi un soudeur vérifie toujours, avant de commencer à travailler, si aucun matériau ou liquide inflammable ne se trouve dans son environnement de travail. Ne déposez donc jamais un matériau ou liquide inflammable dans les environs quand des opérations de soudage sont en cours.

Manipulation de matériau
Il faut éviter de toucher un matériau qui vient d’être soudé. Il est chaud (et pas uniquement au niveau de la soudure…).

Électrisation
Il arrive parfois que la mise à la masse de la pièce à assembler ne soit pas parfaite. Dans ce cas, si vous touchez la pièce, il se peut que le courant passe plutôt par votre corps. Ce n’est pas une sensation agréable.

Sources:
Lasgroep Regio Noord + LOGO
Wikipédia
www.emgas.nl
 

: PreventActio 07/2015