Protection respiratoire

De tous les équipements de protection individuelle, la protection respiratoire est peut-être la moins connue. Notre dossier se penche sur les différents types de protection respiratoire et déchiffre pour vous les codes affichés sur le masque et son emballage. Vous trouverez aussi des recommandations en matière d’entretien et de stockage.

Dépendant de l’atmosphère
Les protections respiratoires peuvent être classées en deux grandes catégories selon qu’elles dépendent ou non de l’atmosphère. Les protections respiratoires dépendant de l’atmosphère filtrent l’air ambiant. Comme il est contaminé par une substance dangereuse, ces protections se caractérisent par la présence d’un filtre.
Tout comme pour les autres équipements de protection individuelle (EPI), lorsqu’il faut choisir une protection respiratoire, le type de contamination (particules, aérosols, fumée, gaz ou vapeur) est déterminant.
Les masques anti-poussière, les demi-masques ou masques complets avec filtre sont des exemples typiques de protections respiratoires dépendant de l’atmosphère.

Indépendant de l’atmosphère
La situation de travail comporte parfois des produits si dangereux que les filtres n’offrent pas une protection suffisante. Les filtres fonctionnent en effet comme un tamis et plus il y a de particules retenues par le filtre, plus il devient difficile de respirer. Le travailleur inspire alors plus fort, ce qui augmente le risque de voir des particules dangereuses entrer par les bords du masque. C’est pourquoi on utilise alors une protection respiratoire qui ne dépend pas de l’atmosphère: dans ce cas, l’air ne provient donc pas de la zone contaminée. Ce groupe d’appareils se caractérise plus par la source de l’air utilisé que par le type de masque.
Lorsque la cagoule, le masque ou le masque avec pulmo-commande est raccordé à un réseau d’air comprimé, on dispose d’une réserve illimitée d’air frais. Ce système présente en revanche l’inconvénient de réduire la liberté de mouvement.
Ce que les pompiers, par exemple, utilisent lorsqu’ils doivent pénétrer dans un bâtiment en flammes est un appareil à air comprimé avec un masque intégral et une pulmo-commande à surpression. Cette combinaison d’un appareil à air comprimé avec masque intégral et pulmo-commande à surpression offre la meilleure protection dans les atmosphères présentant un risque de manque d’oxygène. L’utilisateur est donc autonome mais avec une réserve d’air (contenue dans les bouteilles) limitée.

Pulmo-commande
Une pulmo-commande fait en sorte qu’il y ait toujours une surpression dans le masque intégral, y compris durant l’inspiration. Avoir une surpression constante est la seule manière d’être pratiquement sûr que des substances polluantes ne vont pas entrer en passant par les petites ouvertures du masque.

Utilisation
Malgré toute l’attention que portent les fabricants au confort des équipements de protection individuelle, il n’est pas toujours très agréable de porter des EPI. Il peut même arriver que l’on doute de l’utilité d’un EPI, surtout lorsque le danger est invisible et inodore. Mais ne vous y trompez pas: les substances dangereuses peuvent se révéler fatales. Certaines entraîneront un décès immédiat, d’autres après plusieurs années. Portez donc vos EPI, car ils sont là pour vous protéger.

Comment déchiffrer les codes mentionnés sur le masque et son emballage?

FF: abréviation de “Filtering Facepiece”

A: gaz et vapeurs organiques, solvants avec un point d’ébullition supérieur à 65 °C
B: gaz et vapeurs inorganiques
E: dioxyde de soufre et chlorure d’hydrogène
K: ammoniac
AX: gaz et vapeurs organiques, solvants avec un point d’ébullition inférieur à 65 °C
Hg-P3: vapeurs mercurielles
CO: monoxyde de carbone
NO-P3: vapeurs nitreuses
Reactor P3: iode radioactif

1: concentration (maximale) de gaz nocif dans l’air: 0,1 Vol % (1000 ppm)
2: concentration (maximale) de gaz nocif dans l’air: 0,5 Vol % (5000 ppm)

P1/FFP1: poussières, fumées et aérosols inertes qui n’impliquent pas de changement dans la structure des voies respiratoires. Poussières de la classe 2a. Valeur limite > 10 mg/m3


P2/FFP2: poussières, fumées et aérosols nuisibles qui peuvent affecter les voies respiratoires. Poussières de la classe 2b. Valeur limite entre 10 mg/m3 et 0,1 mg/m3


P3/FFP3: concentrations élevées de poussières, fumées et aérosols nuisibles qui peuvent affecter les voies respiratoires. Poussières de la classe 2b. Valeur limite entre 10 mg/m3 et 0,1 mg/m3


P3*: poussières, fumées et aérosols toxiques qui peuvent être absorbées dans le sang: particules de substances cancérigènes, radioactives, bactéries, virus, enzymes et spores. Poussières de la classe 2c. Valeur limite < 0,1 mg/m3.

D (test à la poussière de dolomie): les masques portant la mention ‘D’ peuvent être utilisés plusieurs fois dans une même journée.


R/NR (réutilisable/non-réutilisable): si le masque est équipé d’un joint d’étanchéité complet à l’intérieur du masque, il peut être nettoyé et réutilisé le lendemain


V (soupape expiratoire - valve): la soupape réduit la résistance à l’expiration, la teneur en CO2 dans le masque, la température et l’humidité dans le masque.


CE 0086: Un marquage CE doit être apposé sur chaque EPI. Ces 4 chiffres sont le numéro d’un organisme notifié.

 

Un organisme notifié est un organisme nommé par un État membre de l'Union européenne pour effectuer des tests et des homologations. Le terme ‘notifié’ signifie qu’il est accrédité par la Commission européenne pour l'évaluation de la conformité d'un produit. L’organisme notifié repris sur l’EPI indique qu’il a été impliqué dans le contrôle de la production de l’EPI concerné.

 

: PreventActio 10/2015