Masques buccaux et chaleur en milieu de travail

La prévention de la pandémie de Covid-19 impose notamment le port du masque. Pendant la saison chaude, ceci pourrait s’accompagner d’une contrainte thermique. L'Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST - Canada) formule quelques recommandations.

Public cible
Ces conseils s’adressent aux travailleurs devant porter un masque chirurgical ou un masque buccal (masque barrière de type communautaire) dans un contexte de chaleur en milieu de travail intérieur ou extérieur.

Effet sur la température corporelle
L’exposition à la chaleur peut entrainer des effets allant de la sensation d’inconfort thermique au coup de chaleur en situation de contrainte thermique. La combinaison de certaines conditions (température, humidité, ensoleillement) associées à la charge de travail peut faire augmenter la température corporelle interne.
La majorité des études montrent que le port d’un masque chirurgical ne s’accompagnerait pas d’une augmentation mesurable de la température interne du corps. En effet, la surface du visage recouverte par le masque ne représente qu’un faible pourcentage de la surface totale du corps. Le port de certains types de vêtements de protection, qui couvrent en plus grande proportion la surface du corps, influencerait beaucoup plus la température interne du corps et contribuerait ainsi plus au risque de contrainte thermique.

Inconfort
Le port d’un masque chirurgical s’accompagne d’une augmentation non seulement de la température de la peau recouverte mais aussi de l’air qui se trouve entre le masque et la peau. Le visage, qui comprend de nombreuses terminaisons nerveuses et vasculaires, est plus sensible à la chaleur que d’autres parties du corps. Quelques études ont associé le port du masque chirurgical à une sensation d’inconfort thermique, caractérisé par une augmentation de l’humidité relative et de la sudation à l’intérieur du masque. Le travailleur doit donc veiller au port adéquat du masque en cas d’exposition à la chaleur.
Bien qu’aucune étude ne traite spécifiquement des masques buccaux, on suppose qu’ils ont un effet similaire à celui des masques chirurgicaux sur la température corporelle et sur la sensation d’inconfort thermique.

Recommandations en cas de chaleur sur le lieu de travail
- pour réduire le taux d'humidité dans l’air à l’intérieur du masque, choisir un masque conçu avec un matériau ‘respirable’ (mais qui ne compromette pas l’efficacité de filtration)
- choisir un masque bien ajusté à la forme et à la taille du visage pour réduire l’inconfort: ajustement au niveau du nez (peut aussi réduire la buée dans les lunettes) et lanières (les lanières s’attachent derrière la tête et s’ajustent plus facilement aux visages que les élastiques).
- quand l’effort est faible à modéré, respirer par le nez (bouche fermée) pour qu’il y ait moins de rétention de chaleur et d’humidité dans le masque.
- ne porter le masque que quand les mesures de distanciation physique ne peuvent pas être respectées (p.ex. ne pas porter un masque si l’on est seul au poste de travail, mais bien si l’on passe d’un endroit à un autre où il faut le porter).
- changer de masque quand il est humide (prévoir des masques propres de rechange).
- assurer une ventilation adéquate (éventuellement air conditionné) lors de travaux à l’intérieur.

Port du masque: recommandations générales
Avant
- Nettoyer le visage
- Éviter crèmes ou lotions pouvant bloquer les pores de la peau (p.ex. fond de teint)
Pendant
- Refroidir le front et le cou
Après
- Nettoyer le visage
- Étendre de la crème hydratante sur la peau
- Laver à l’eau chaude et au savon les masques réutilisables après chaque utilisation.

 

Source: irsst.qc.ca
 

 

: preventMail 25/2020