Covid-19: travailleurs détachés de l'étranger ou des travailleurs saisonniers

Une entreprise qui, pendant la crise sanitaire liée au Covid-19, fait appel à des travailleurs détachés de l'étranger ou des travailleurs saisonniers doit prendre certains points en considération. Le SPF Emploi en donne un aperçu.

Information: pour tous
Il faut veiller informer non seulement vos travailleurs permanents, mais aussi les nouveaux travailleurs, les travailleurs temporaires (stagiaires, intérimaires, saisonniers, étudiants, etc.) et les tiers (travailleurs d'employeurs (étrangers) extérieurs ou indépendants) des mesures de prévention prises dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19. Ces mesures ont été prises en suivant le guide générique (mis en ligne sur le site du SPF Emploi) et éventuellement les guides sectoriels applicables à l'entreprise (liste sur le site du SPF Emploi) .

Lisez aussi notre article Guides pour travailler en toute sécurité aux temps du Covid-19.

Bien comprises
Pour que les informations soient bien comprises, il vaut mieux qu’elles soient données dans la langue maternelle des travailleurs détachés ou saisonniers, surtout s’il ne s’agit pas de la langue couramment utilisée dans l'entreprise. Pour ce faire, déterminez avant leur arrivée la langue qui leur permettra de comprendre de manière claire et sans équivoque les mesures appliquées. Le SPF met à dispsition du matériel de sensibilisation traduit en 17 langues. Ce n'est que si chacun comprend et applique correctement les mesures qu'elles auront de l’effet.

Accueil
Désignez une personne chargée de s'assurer que les mesures liées au Covid-19 aient également été communiquées et comprises lors de l’accueil de ces travailleurs.

Des mesures de type administratif pour certains secteurs
Les employeurs ou utilisateurs du secteur de la construction, du nettoyage, de l'agriculture, de l'horticulture ou de la transformation de la viande faisant appel temporairement à un travailleur salarié ou à un travailleur indépendant vivant ou résidant à l'étranger doivent tenir un registre à jour[1]. Ces données ne peuvent être utilisées qu'aux fins de la lutte contre la propagation du coronavirus, y compris le traçage et le suivi de clusters et collectivités situés à la même adresse. Elles doivent être détruites après quatorze jours calendrier à compter de la date de la fin du travail concerné. Les données ne doivent pas être enregistrées pour les travailleurs frontaliers ou si le séjour en Belgique n’excède pas 48 heures. Ce registre doit être tenu à disposition des services d'inspection.

Arrivée d’une zone rouge
Si ces travailleurs arrivent d’une zone rouge, ils devront être mis en quarantaine et effectuer un test de dépistage. Si le test est positif, l’enquête sur les contacts sera lancée et touchera éventuellement aussi votre entreprise si le travailleur concerné a déjà eu des contacts avec d'autres personnes sur le lieu de travail.

 

Source: emploi.belgique.be

 



[1] Arrêté ministériel modifiant l'arrêté ministériel du 30 juin 2020 portant des mesures d'urgence pour limiter la propagation du coronavirus COVID-19 (MB du 22 août 2020)

 

 

: preventMail 29/2020