Covid-19: inflammable gel hydroalcoolique…

Les travailleurs qui visitent leurs clients ont souvent leur provision de gel hydroalcoolique dans la voiture. L’utilisation de ce produit n’est pas anodine. A quoi faut-il être attentif? En cas de forte chaleur, risque-t-il de s’enflammer? La réponse de l’Inrs.

Inflammable
Le gel hydroalcoolique est un produit inflammable, sensible aux sources d’inflammation (flammes, surfaces chaudes, étincelles…). Pour éviter tout risque à la suite de son utilisation, il ne faut utiliser que la quantité prescrite, c'est-à-dire une noisette. Utiliser plus de gel augmente la quantité de vapeurs d’alcool générées, accroissant ainsi le risque d’inflammation en présence d’une source d’ignition. Ce risque peut être à l’origine de brûlures. Il faut aussi tenir compte de la viscosité du produit: un gel trop pâteux incite à utiliser des quantités plus importantes de produit et reste plus longtemps sur les mains, ce qui en cas d’inflammation peut provoquer des brûlures plus graves.
 
Totalement évaporé
Il faut bien s'assurer que le gel se soit totalement évaporé avant de réaliser le moindre geste, qu'il soit professionnel ou non (retourner à son poste de travail, actionner un interrupteur, allumer une cigarette...).
 
Combinaison avec l’oxygène sous pression
Les entreprises utilisant de l’oxygène sous pression (opérations de soudage, soins médicaux…) doivent être particulièrement vigilantes. En effet, l’inflammation du gel hydroalcoolique est grandement facilitée par la manipulation d’équipements mettant en œuvre de l’oxygène pur (robinetterie, tuyauteries…): cette situation peut même provoquer l’auto-inflammation du produit s’il est encore présent sur les mains de l’opérateur.
 
Stockage en voiture
Il faut éviter de laisser les flacons de gel en plein soleil dans l'habitacle d’un véhicule. En cas de déversement ou de fuite, utiliser du papier absorbant pour éliminer le plus de liquide possible et aérer abondamment le véhicule.
 
Source: inrs.fr
: preventMail 21/2020